La composition du microbiote et son interaction sur la santéde l’hôte sont désormais bien connues du monde scientifique (Le Microbiote Intestinal : Une Relation Symbiotique Avec L’HommeLa Colonisation Du Microbiote Intestinal Pendant Les 1000 Premiers Jours De Vie : Impact Sur Le Développement À L’âge Adulte De Pathologies Liées Au Système Immunitaire). En effet, le microbiote intestinal est connu pour ses nombreuses fonctions et implications sur le développement de notre système immunitaire, la dégradation des nutriments provenant de notre alimentation, la synthèse de vitamines (B12, K), notre transit intestinal…. De fait, une perturbation de la composition du microbiote peut entrainer des problèmes digestifs, immunitaires et être un élément participatif à la persistance de maladies comme l’obésité par exemple. Il est alors logique de penser que le rétablissement de ce fragile équilibre entre le système digestif et ce microbiote pourrait être une cible thérapeutique dans certaines pathologies (au travers de la prise de probiotiques par exemple).

Les probiotiques sont classiquement définis comme étant des micro-organismes (levures et bactéries,…) bénéfiques pour la santé, pouvant affecter l’écologie locale, la physiologie et le métabolisme de l’intestin2. Ils sont donc sans danger pour l’hôte, résistants aux acides gastrique et biliaires, et capable de coloniser l’intestin3. Traditionnellement, de nombreux micro-organismes sont utilisées : Saccharomyces cerevisiae et son variant Saccharomyces boulardii (levures) et des espèces bactériennes telles que Lactobacillus, Bifidobacteriumou encore Streptococcus4. Un traitement aux probiotiques, non seulement corrigerait les dysbioses intestinales mais améliorerait aussi la présence anormale de certains métabolites dans le sang par exemple5. Certains probiotiques agiraient plus spécifiquement sur les fonctions dites ‘centrales’ en modulant quelques peu nos comportements, notre stress6,7, notre système endocrinien. Ils agiraient également, sur la production de substances bioactives pour l’organisme, préviendrait les maladies cardio-métaboliques8,9 et l’obésité10 amélioreraient le traitement des diarrhées induites par la prise d’antibiotiques (AAD ; Antibiotics Associated Diarrhea)11,12, certaines maladies du foie (stéatoses hépatiques)13 et pourrait positivement impacter le traitement des spectres autistiques14.

Pourtant, les effets des probiotiques actuels sur l’amélioration de certaines pathologies sont aujourd’hui controversés. Bien que les études sur l’utilisation des probiotiques pour traiter les spectres autistiques et les AAD sont actuellement encourageantes et prometteuses15,16, certaines études semblent rapporter des effets délétères de l’utilisation des probiotiques chez des patients en soins intensifs17,18. De plus, une grande hétérogénéité des résultats quant à l’efficacité des probiotiques a été récemment démontrée dans la prestigieuse revue scientifique Celloù certains sujets seraient décrit comme « résistants » aux probiotiques du fait de leur microbiote intestinal basal19. Les prochaines recherches devront donc se concentrer sur des approches personnalisées et spécifique du microbiote initial des patients requérant l’utilisation des probiotiques.

 

Bibliographie

  1. Valdes, A. M., Walter, J., Segal, E. & Spector, T. D. Role of the gut microbiota in nutrition and health. BMJ361, k2179 (2018).
  2. Bourlioux, P., Koletzko, B., Guarner, F. & Braesco, V. The intestine and its microflora are partners for the protection of the host: report on the Danone Symposium ‘The Intelligent Intestine,’ held in Paris, June 14, 2002. Am. J. Clin. Nutr.78, 675–683 (2003).
  3. Papadimitriou, K. et al.Discovering probiotic microorganisms: in vitro, in vivo, genetic and omics approaches. Front. Microbiol.6, 58 (2015).
  4. Fijan, S. Microorganisms with claimed probiotic properties: an overview of recent literature. Int. J. Environ. Res. Public. Health11, 4745–4767 (2014).
  5. Rooks, M. G. & Garrett, W. S. Gut microbiota, metabolites and host immunity. Nat. Rev. Immunol.16, 341–352 (2016).
  6. Schachter, J. et al.Effects of obesity on depression: A role for inflammation and the gut microbiota. Brain. Behav. Immun.69, 1–8 (2018).
  7. McKean, J., Naug, H., Nikbakht, E., Amiet, B. & Colson, N. Probiotics and Subclinical Psychological Symptoms in Healthy Participants: A Systematic Review and Meta-Analysis. J. Altern. Complement. Med. N. Y. N23, 249–258 (2017).
  8. Sun, J. & Buys, N. J. Glucose- and glycaemic factor-lowering effects of probiotics on diabetes: a meta-analysis of randomised placebo-controlled trials. Br. J. Nutr.115, 1167–1177 (2016).
  9. Zhang, Q., Wu, Y. & Fei, X. Effect of probiotics on body weight and body-mass index: a systematic review and meta-analysis of randomized, controlled trials. Int. J. Food Sci. Nutr.67, 571–580 (2015).
  10. Kobyliak, N. et al.Probiotics in prevention and treatment of obesity: a critical view. Nutr. Metab.13, (2016).
  11. Tsai, Y.-L. et al.Probiotics, prebiotics and amelioration of diseases. J. Biomed. Sci.26, 3 (2019).
  12. Guyonnet, D., Schlumberger, A., Mhamdi, L., Jakob, S. & Chassany, O. Fermented milk containing Bifidobacterium lactis DN-173 010 improves gastrointestinal well-being and digestive symptoms in women reporting minor digestive symptoms: a randomised, double-blind, parallel, controlled study. Br. J. Nutr.102, 1654–1662 (2009).
  13. Zhou, Y. et al.Microbial Intervention as a Novel Target in Treatment of Non-Alcoholic Fatty Liver Disease Progression. Cell. Physiol. Biochem. Int. J. Exp. Cell. Physiol. Biochem. Pharmacol.51, 2123–2135 (2018).
  14. Hsiao, E. Y. et al.Microbiota modulate behavioral and physiological abnormalities associated with neurodevelopmental disorders. Cell155, 1451–1463 (2013).
  15. Borody, T. J., Paramsothy, S. & Agrawal, G. Fecal microbiota transplantation: indications, methods, evidence, and future directions. Curr. Gastroenterol. Rep.15, 337 (2013).
  16. Rohlke, F. & Stollman, N. Fecal microbiota transplantation in relapsing Clostridium difficile infection. Ther. Adv. Gastroenterol.5, 403–420 (2012).
  17. Knopp, R. H. & Paramsothy, P. Oxidized LDL and abdominal obesity: a key to understanding the metabolic syndrome. Am. J. Clin. Nutr.83, 1–2 (2006).
  18. Ackland, G., Grocott, M. P. & Mythen, M. G. Understanding gastrointestinal perfusion in critical care: so near, and yet so far. Crit. Care Lond. Engl.4, 269–281 (2000).
  19. Zmora, N. et al.Personalized Gut Mucosal Colonization Resistance to Empiric Probiotics Is Associated with Unique Host and Microbiome Features. Cell174, 1388-1405.e21 (2018).