De nombreux chercheurs travaillant dans le domaine bactérien de l’infiniment petit qualifient le microbiote intestinal (anciennement connu sous le nom de flore intestinale) d’organe à part entière. Ce microbiote intestinal se constitue à la naissance, lors de l’accouchement, et se forme pendant les trois premières années de vie jusqu’au sevrage de l’enfant où l’alimentation solide permet une stabilité et une diversification de ce microbiote1. Ainsi, à l’âge adulte, notre microbiote intestinal possèderait à lui seul 150 fois plus de gènes que nous n’en possédons (20 000 à 25 000 gènes chez l’homme contre 3.3 millions de gènes pour son microbiote). 250 espèces bactériennes constitueraient le corps du microbiote mais on peut y retrouver jusqu’à 1000 espèces différentes. En outre, le nombre total de bactéries que nous abritons au sein de notre intestin est 10 fois plus important que le nombre total de cellules qui compose notre organisme, soit entre 1 à 2 kg de notre poids corporel.2,3

Il s’établit une forte symbiose avec notre organismepuisque ce dernier va fournir au microbiote intestinal un environnement propice à son développement (humidité, température, pH, ainsi que des nutriments indispensable à sa survie). En retour, le microbiote, au travers de divers acteurs bactériens (protéines métabolites d’origines bactériennes ; acides gras à chaines courtes par exemple) remplit un certain nombre de fonctions indispensables à notre organisme : comme le développement de notre système immunitaireou la protection contre certaines bactéries et toxinespathogènes4. Le microbiote est également capable de produire des composés énergétiques, à partir d’aliments non digestibles par les cellules de notre organisme (fibres), phénomène qui profite à nos cellules intestinales qui pourront ensuite utiliser cette source d’énergie pour leur bon fonctionnement5,6. En outre, notre microbiote semble également avoir un impact sur nos comportements alimentaires7,8et agir sur notre cerveau9.

Chaque individu possède un microbiote qui lui est propre, telle une signature bactérienne. En effet, de nombreux facteurs vont influencer la composition du microbiote (génétique de l’hôte, environnement, alimentation, niveau de stress de l’individu, etc…). Pour autantdes individus vivants dans le même environnementet/ou partageant des caractéristiques communes posséderont un microbiote similaire (mais non identique).De plus en plus d’études font état d’une altération du nombre et ou de la nature des bactéries normalement présentes à un endroit précis de notre intestin dans certaines pathologies. On parle alors de dysbiose intestinale. Celle-ci se rencontre dans des maladies métaboliques telles que l’obésité10ou encore l’anorexie11, les cancers12, l’athérosclérose13, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin14, l’autisme15, …

Les bactéries intestinales, autrefois parents pauvres des spécialités médicales comme la Gastroentérologie et la Nutrition sont aujourd’hui de plus en plus étudiées pour comprendre leur rôle physiologique sur l’hôte et élucider l’impact qu’elles peuvent avoir sur l’émergence et l’entretien de certaines maladies.

Bibliographie

  1. Palmer, C., Bik, E. M., DiGiulio, D. B., Relman, D. A. & Brown, P. O. Development of the human infant intestinal microbiota. PLoS Biol.5, e177 (2007).
  2. Delzenne, N. M., Neyrinck, A. M., Bäckhed, F. & Cani, P. D. Targeting gut microbiota in obesity: effects of prebiotics and probiotics. Nat. Rev. Endocrinol.7, 639–646 (2011).
  3. Ley, R. E., Peterson, D. A. & Gordon, J. I. Ecological and evolutionary forces shaping microbial diversity in the human intestine. Cell124, 837–848 (2006).
  4. Francino, M. P. Early development of the gut microbiota and immune health. Pathog. Basel Switz.3, 769–790 (2014).
  5. Reinhardt, C., Reigstad, C. S. & Bäckhed, F. Intestinal microbiota during infancy and its implications for obesity. J. Pediatr. Gastroenterol. Nutr.48, 249–256 (2009).
  6. Nicholson, J. K. et al.Host-gut microbiota metabolic interactions. Science336, 1262–1267 (2012).
  7. Breton, J. et al.Gut Commensal E. coli Proteins Activate Host Satiety Pathways following Nutrient-Induced Bacterial Growth. Cell Metab.23, 324–334 (2016).
  8. van de Wouw, M., Schellekens, H., Dinan, T. G. & Cryan, J. F. Microbiota-Gut-Brain Axis: Modulator of Host Metabolism and Appetite. J. Nutr.147, 727–745 (2017).
  9. Lach, G., Schellekens, H., Dinan, T. G. & Cryan, J. F. Anxiety, Depression, and the Microbiome: A Role for Gut Peptides. Neurother. J. Am. Soc. Exp. Neurother.15, 36–59 (2018).
  10. Gao, R. et al.Dysbiosis Signatures of Gut Microbiota Along the Sequence from Healthy, Young Patients to Those with Overweight and Obesity. Obes. Silver Spring Md26, 351–361 (2018).
  11. Mörkl, S. et al.Gut microbiota and body composition in anorexia nervosa inpatients in comparison to athletes, overweight, obese, and normal weight controls. Int. J. Eat. Disord.50, 1421–1431 (2017).
  12. Ma, H. et al.Correlation between microbes and colorectal cancer: tumor apoptosis is induced by sitosterols through promoting gut microbiota to produce short-chain fatty acids. Apoptosis Int. J. Program. Cell Death(2018). doi:10.1007/s10495-018-1500-9
  13. Al-Rubaye, H., Perfetti, G. & Kaski, J.-C. The Role of Microbiota in Cardiovascular Risk: Focus on Trimethylamine Oxide. Curr. Probl. Cardiol.(2018). doi:10.1016/j.cpcardiol.2018.06.005
  14. Yu, L. C.-H. Microbiota dysbiosis and barrier dysfunction in inflammatory bowel disease and colorectal cancers: exploring a common ground hypothesis. J. Biomed. Sci.25, 79 (2018).
  15. Hughes, H. K., Rose, D. & Ashwood, P. The Gut Microbiota and Dysbiosis in Autism Spectrum Disorders. Curr. Neurol. Neurosci. Rep.18, 81 (2018).

Auteur

Dr. Jonathan BRETON